Icaal Hebdo - n°7
Pour être sûr de recevoir tous nos emails, ajoutez notre adresse email à votre liste de contacts.
Consultez la version en ligne

Icaal

L’actualité agroalimentaire 

n°7 – vendredi 25 novembre 2022

LDC confirme ses ambitions

Grâce à des revalorisations tarifaires, le groupe maintient ses performances… sauf en traiteur, et pour cause.

Succédant à Denis Lambert à la tête opérationnelle du groupe, Philippe Gélin (en photo) a présenté avant-hier pour la première fois les résultats financiers de LDC, pour le premier semestre de son exercice, de mars à août 2022. Résumé en dix points saillants…

Icaal

- Le DG juge ces résultats "satisfaisants" grâce aux revalorisations tarifaires obtenues en volailles (+20%) - "nous en remercions nos clients" - ainsi qu'à "l'agilité industrielle" permettant des aides inter-sites pour soutenir l'activité des usines touchées par l'influenza aviaire, en Vendée ou dans le Sud-Ouest.

- Le groupe profite également du rebond de son activité RHD (+25,6%) et PAI (+28,3%).

- En revanche, l'activité traiteur (Marie) n'a obtenu que les deux tiers des revalorisations dont elle avait besoin. Résultat : une perte opérationnelle de 2,1 millions d'euros (-0,6% du CA) durant ces six mois.

- Pour répondre au contexte économique, Le Gaulois lance une gamme de découpes de poulet "Bon Plan" présentant un prix rond (5, 6 ou 7 euros pour quatre personnes).

- Avec la flambée des prix de l'énergie, le groupe demandera de nouvelles revalorisations lors des négociations annuelles : +10% en volailles, au moins +15% en traiteur (intégrant la partie manquante de 2022).

- Objectif pour cet exercice à la clôture fin février 2023 : 5,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires et au moins 4,5% de marge opérationnelle courante.

- Confirmation de l'objectif de sept milliards d'euros de chiffre d'affaires, contre cinq au précédent exercice, à l'horizon 2027. Le développement du pôle traiteur fera partie des priorités, avec des acquisitions notamment, par exemple dans les salades ou les pâtes fraîches. Ambition : devenir numéro un en France, avec 1,3 milliard d'euros de ventes (750 M€ l'an dernier).

- L'acquisition d'Ovoteam (85 M€ de CA mais -8,8 M€ de résultat d'exploitation en 2021) est encore en attente.

- L'investissement de cette année (235 M€ au total) portera surtout sur des renouvellements, notamment pour améliorer la santé et la sécurité au travail ainsi que pour optimiser les consommations énergétiques, froid en tête.

- En 2023, LDC prévoit d'investir deux millions d'euros sur son site de Quimper pour produire des protéines végétales extrudées humides à partir de matières premières d'origine France et lancer une nouvelle gamme au profil nutritionnel équilibré. Dans le végétal, le groupe veut passer ainsi de 3 000 à 10 000 tonnes de produits finis, avec un objectif de 60 millions d'euros de chiffre d'affaires.

B.J.
 

LDC de mars à août 2022

  • Chiffre d'affaires : +13,2%
    (volumes : -4,2%)

  • Marge opérationnelle courante: 4,4% du CA (+0,1 pt)

(Premier semestre de l'exercice 2022-2023, à périmètre et changes constants.)

Nespresso devient aussi compostable

Après trois ans de R&D, Nespresso lance une nouvelle capsule à base de papier, compostable à domicile. Ce "concentré de technologie" repose notamment sur un revêtement intérieur en biopolymère protégeant le café de l'oxydation. Il est le fruit d'une collaboration avec Huhtamaki qui est parvenu à "mouler des fibres de pâte à bois dans des formes complexes avec une précision au millimètre près". Quatre nouveaux mélanges ont été créés pour s'adapter à ce nouveau conditionnement qui va être lancé en avant-première en France et en Suisse. Il s'agira d'un complément à l'offre actuelle pour "offrir une alternative aux consommateurs entre le recyclage et le compostage", explique la filiale de Nestlé, reconnaissant que le prix en sera un peu plus élevé. Elle répond ainsi à la concurrence qui se déploie en GMS, par exemple avec le récent lancement de dosettes enveloppées d'une substance végétale par Café Royal (Migros).

Icaal

ACTUS ENTREPRISES

Soupçons anticoncurrentiels dans l'industrie laitière. L'Autorité de la Concurrence a mené des opérations de visite et saisie "inopinées" dans le secteur de l'approvisionnement en lait de vache. Dans son viseur, des entreprises suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles. Classiquement, l'Autorité précise que ses interventions ne préjugent pas de la culpabilité de ces entreprises dont elle ne divulgue pas l'identité. L'une d'elle a toutefois "lâché" à l'AFP qu'il s'agirait de Sodiaal, Savencia, Eurial et Lactalis.

ACTUS INTERNATIONAL

Australie. Lesaffre Australia Pacific vient d'inaugurer un atelier d'extraits de mélasses dans son usine proche de Melbourne afin de valoriser les produits dérivés de sa production de levure, notamment dans l'alimentation animale. La filiale du groupe français a par ailleurs développé son "baking center" (en photo) de Mortlake Sidney pour former client, partenaires et collaborateurs à la panification.

Icaal

ET AUSSI...

Volaille… française ? L'Association de Promotion de la Volaille Française (APVF) a renouvelé son étude des linéaires pour évaluer la présence du logo "Volaille Française" en GMS. Concernant les viandes crues, cette part progresse : sur les 98% de volailles proposées qui sont bien d'origine France, 69% des produits arborent ce logo, soit dix points de plus qu'il y a cinq ans. Cette part progresse également sur les produits transformés, de 32 à 47% des produits d'origine française… A ceci près que l'origine France y est globalement beaucoup moins présente, expliquant le fait que pratiquement un poulet sur deux consommés dans l'Hexagone soit importé.

Icaal

OGM, le retour ? Samedi dernier, Greenpeace France a mené une opération dans 23 villes à l'entrée des points de vente pour "inviter les enseignes de la grande distribution à demander au gouvernement la mise en place de l'étiquetage obligatoire de tous les OGM". Avec un jeu pour faire deviner où pourraient se cacher de "nouveaux OGM", en réalité les semences obtenues par mutagénèse, les fameux NBT ("new breeding techniques") sur lesquelles l'Union Européenne prépare une législation.

Icaal

(CP Karoll Petit / Greenpeace)

CARNET

Eleveur de porcs Label Rouge dans les Côtes-d'Armor et membre du bureau de la Cooperl, Mickaël Benoît a été élu président du Sylaporc, Syndicats des Labels porc et charcuteries, succédant à Jean-François Renaud.

Icaal
Icaal

Vous recevez cet e-mail car vous êtes dans la base de données d'Icaal.

Conformément aux dispositions de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 et du Règlement UE n°2016/679 du 27 avril 2016, vous disposez des droits d’accès à vos données à caractère personnel, à la rectification ou à l'effacement de celles-ci, du droit de limiter le traitement vous concernant, ou du droit de s'y opposer et du droit à la portabilité des données. Vous pouvez exercer ces droits en suivant ce lien ou par courrier à : ICAAL - 21, rue Le Peletier - 75009 Paris.

Consultation ici des dispositions de la Politique de confidentialité et de protection des données personnelles d'Icaal